Walking Metting

 

On va commencer par quelques chiffres, histoire de se mettre en jambes.

Entre 5 000 et 6 000 pas en moyenne : c’est le nombre de pas que nous faisons par jour, en dehors du temps de travail. Ce calcul a été réalisé sur la base d’une personne qui comptabilise 6 heures ou plus devant un écran, contre 7 891 pas pour celle passant 1 à 2 heures quotidiennes. C’est un peu mieux, mais on est encore loin des 10 000 pas quotidiens conseillés par l’OMS…

La raison invoquée? 29 % des personnes interrogées déclarent manquer de temps, en dehors de leur travail, pour pratiquer une activité physique ou sportive. 26 % déclarent manquer d’envie et ceux de mauvaise foi, mettent en avant l’inconvénient de la sueur engendrée par tout effort physique.

Nous pourrions gagner jusqu’à deux ans d’espérance de vie supplémentaire si nous passions moins de trois heures par jour assis, (étude américaine publiée en 2012), la position assise prolongée est aussi néfaste pour la santé que le tabagisme ou l’obésité.

l’Organisation Mondiale de la Santé rappelle que la sédentarité est reconnue comme le 4ᵉ facteur de risque de mortalité globale. La pratique d’une activité physique régulière permet de diminuer : jusqu’à 39 % le risque de développer un cancer du sein, 26 % celui d’un cancer colorectal, 25 % celui d’une attaque cérébrale et 34 % celui d’un diabète.

Toute forme de mouvements qui se traduit par une dépense énergétique est bénéfique, en effet l’activité physique ne s’arrête pas uniquement à la pratique d’une activité sportive, mais correspond à toutes les activités de la vie quotidienne : tâches domestiques, bricolage, jardinage, travail, marche…

La solution : utiliser les temps de réunions pour marcher !

Ça tombe bien, les études le prouvent, les réunions sont nocives pour les salariés. Elles s’avèrent souvent inutiles et ajoutent une dose de sédentarité mauvaise pour la santé.

La réunion à l’ancienne a encore de nombreux adeptes. Patrons et managers à la logorrhée verbale prolixe s’y adonnent avec enthousiasme devant des parterres de collaborateurs passifs assis dans une position plus ou moins dommageable pour leur colonne vertébrale.

L’abus de réunions nuit à la santé des salariés. Elles sont nocives pour le mental, 9 cadres sur 10 avouent s’être déjà sentis inutiles en réunion (sondage IFOP, 2014), enfin, selon les chiffres publiés par The Archives of ­Internal Medicine, rester huit heures par jour assis au bureau augmenterait de 15 % le risque de décès prématuré. Quand on vous dit que les réunions sont dangereuses pour la santé.

C’est dans ce contexte que le walking meeting s’est imposé. Cette pratique ambitionne de mêler réunion et déambulation. Et comme toutes les nouvelles pratiques, celle-ci serait venue des Etats Unis, accompagnée d’un storytelling trop parfait. Nilofer Merchant, auteure de plusieurs livres, conseillère renommée pour de grandes entreprises américaines, aurait été ainsi conviée un jour, à une réunion au format inhabituel, cette proposition aurait alors changé sa vie : « Je dois sortir les chiens demain. Peux-tu venir avec moi ? », lui aurait proposé son interlocuteur, la privant ainsi de l’inconfort d’une salle de réunion classique. Même si l’histoire paraît trop belle, les bienfaits sont confirmés par deux psychologues de l’université Stanford qui affirment que marcher est un excellent moyen de stimuler la pensée créative en mobilisant simultanément plusieurs aires cérébrales. « On sait que faire un effort d’intensité légère à modérée augmente de 25 % la quantité d’oxygène fournie au cerveau. Donc, ça peut aider à générer de bonnes idées et de la créativité », nous rappelle Émilie Lachance, kinésiologue.

Mais n’allons pas trop vite, il est inutile de changer les fauteuils de salle de réunion par des tapis roulants, en effet, les deux chercheurs précisent, que c’est bien le fait des échanges en extérieur qui produit les associations d’idées les plus constructives. En plus de nous faire prendre l’air, le walking meeting permet de bousculer le formalisme des rapports hiérarchiques.Ils se veulent néanmoins rassurants, nous aurons toujours besoin de nous asseoir et de pouvoir prendre des notes pour des projets qui demandent une grande concentration et font moins appel à la créativité. (Ouf, Vitaelia vient d’investir dans la dernière version de Powerpoint, nous commencions à regretter cet achat plutôt qu’une bonne paire de running).

Trêve de plaisanterie, Le Walking Meeting est une pratique sérieuse. La preuve, chez LinkedIn par exemple, tous les jours, les collaborateurs se promènent et devisent en longeant la piste cyclable autour du siège de la société. D’autres entreprises se convertissent à cette pratique. Facebook vient d’installer une « promenade » d’un kilomètre sur le toit de son nouveau siège social à Menlo Park, en Californie, pour que ses collaborateurs y tiennent des réunions. Les bons côtés des Walking Meeting sont nombreux, outre les bénéfices pour la santé, marcher aide à briser le formalisme d’une réunion, désamorce les tensions d’un face-à-face tout en favorisant les échanges conviviaux entre collègues. Point non négligeable, mener ses réunions en extérieur minimise également les distractions : pas de téléphone, pas de courriels, pas de sms, pas de collègues pour vous interrompre.

Le regretté Steve Jobs en était un fervent adepte et si Mark Zuckerberg, président de Facebook, Jack Dorsey, co-fondateur de Twitter ou Barack Obama s’y sont convertis ce n’est pas un hasard.

Pour terminer voici quelques conseils pour organiser un bon Walking Meeting:

Constituer un petit groupe de 4 personnes maximum (plus ça tourne au cortège).
Commencer par marcher jusqu’à un lieu où vous pourrez vous asseoir.
Augmenter graduellement le temps de marche dans les réunions suivantes.
Choisir un endroit idéalement peu bruyant, un parc fera parfaitement l’affaire.
Tenir la réunion dans des conditions météorologiques favorables.
Prévenir les participants que la réunion se fera en marchant, pour éviter l’effet de surprise.
Prévoir des chaussures et des vêtements confortables, même si ne s’agit pas de partir faire un trekking. Proposer des sujets qui ne nécessitent pas de prise de notes, s’équiper éventuellement d’un enregistreur.
Eteindre les téléphones portables.
Préparer l’itinéraire : se perdre n’augmentera certainement pas la productivité.

Bon Walking Meeting à tous

https://www.cerema.fr/fr/centre-ressources/newsletters/transflash/transflash-ndeg-402-decembre-2015-janvier-2016/zoom-walking-meeting-comment-lier-travail-sante-marche

https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2018/06/11/la-reunion-une-promenade-de-sante_5312735_4497916.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s