L’actualité du bien-être en entreprise

0 comments on “RelaxStory, une histoire 100% Relax”

RelaxStory, une histoire 100% Relax

RelaxStory

RelaxStory en quelques dates

L’aventure RelaxStory commence en 2011, avec une idée simple, démocratiser la relaxation en la rendant plus accessible. « Nous avons fait d’abord le choix d’utiliser le support audio afin de proposer des pistes de relaxations à télécharger au format mp3 pour les adultes et les enfants. » En 2012, RelaxStory étend son offre et propose aux sociétés en recherche de solutions de bien-être pour leurs salariés de télécharger des pistes audios de relaxations. Le principe du téléchargement, un peu trop en avance sur son temps (le streaming n’existait pas encore) s’avérait compliqué à mettre en place. RelaxStory se lance alors dans la création de son fameux fauteuil de relaxation le « R by RelaxStory », et débute sa commercialisation en 2016.

Du fauteuil à l’application ?

Loin de s’endormir dans leur fauteuil R, en 2018 Beatriz Mezzetti et Mathieu Wolniewicz lancent l’application 100% Relax avec toujours cette idée de démocratiser et rendre accessibles à tous les techniques de relaxation et de bien-être. Là où le support audio avait rapidement montré ses limites, le yoga des yeux, difficile à faire passer en mp3, 100% Relax permet lui, de réunir tous les éléments en donnant accès aux techniques, aux thérapies, à différentes rubriques, des conseils, le tout au sein d’une même application.

Au fait à qui s’adresse 100% Relax ?

100% Relax s’adresse à tout le monde, explique Mathieu, mais l’application répond particulièrement aux attentes des entreprises qui sont toujours en recherche de solutions pour leurs salariés. L’application a pour elle tous les atouts, facile à installer, toujours disponible, utilisable n’importe où (sauf en conduisant, mais ça inutile de le rappeler) et surtout, argument imparable, elle est gratuite. Difficile pour un DRH de bouder une solution qu’on lui apporte clé en main et qui ne nécessite aucun investissement financier. Surtout si l’application prouve son efficacité, et les retours plutôt positifs depuis son lancement sont encourageants.

Le fait d’être utilisable par tous et partout est un atout pour les DRH, souligne Beatriz, installer une salle de relaxation, ou même un fauteuil a un coût et demande de la place, là en un clic 100% Relax est téléchargée, équipant d’un seul coup tous les salariés d’une entreprise où qu’ils soient.

Un avantage pour les entreprises et les salariés.

Pour l’entreprise, l’application est un véritable outil de communication, elle permet tout au long de l’année d’aborder différents thèmes, le sommeil, la récupération, la fatigue oculaire, les douleurs dorsales, autant de sujets auxquels le salarié peut être confronté dans le cadre de son activité.

Pour le salarié, c’est un outil qui apporte des solutions immédiates et concrètes, toujours à portée de main, qu’il peut utiliser aussi bien dans le cadre de son travail qu’à titre personnel.

Un objectif

« C’est un peu comme la cabine santé pour avoir des conseils médicalisés, on a voulu avoir une approche un peu similaire » nous explique Beatriz, quand un salarié se pose une question : je veux être zen, être au top, me relaxer, il faut qu’il ait le réflexe 100% Relax car il sait qu’il trouvera la réponse. On voulait apporter des solutions concrètes, courtes et efficaces qui correspondent aux attentes et au monde de l’entreprise.

Et ça marche comment ?

L’application s’ouvre sur une navigation en damier, simple mais efficace, cette présentation permet en un seul coup d’œil d’avoir accès aux principales fonctionnalités, méditation, coaching, cardio relax, yoga, sommeil et nutrition. Ce principe de navigation assez visuel et didactique est également adopté à l’intérieur des sous-parties, guidant l’utilisateur de manière intuitive. Des exercices sont proposés en fonction du besoin et du temps que la personne peut consacrer. « La rubrique coaching, permet par exemple, d’avoir accès à des conseils audios, elle a été conçue comme une réelle séance avec un thérapeute » souligne Mathieu.

L’application se veut très complète et capable de répondre à tout ou presque, pallier un manque de sommeil, préparer une réunion, un rendez-vous important, faire face à un coup de stress, chacun trouvera le bon exercice, l’article, le conseil qui lui convient.

Il existe déjà beaucoup d’applications sur ce thème pourquoi choisir 100% Relax ?

C’est vrai ça. Qui n’a pas téléchargé au moins une fois, une application de Yoga, d’exercices de relaxation, de cohérence cardiaque ou de recettes diététiques ? La différence, « au lieu d’avoir 10 applications différentes sur son smartphone 100% Relax regroupe toutes les expertises en une seule application », insiste Beatriz, seconde différence, nul besoin pour l’utilisateur de remplir un profil long et fastidieux. Pas de login ou de profil partagé sur les réseaux sociaux, pas de données personnelles dont on ne sait ce qu’elles peuvent devenir. Plutôt rassurant pour l’utilisateur et même pour l’entreprise.

Seconde question qui fâche, une application on la charge, on l’ouvre une fois et après c’est fini on l’oublie…

Là aussi l’équipe de RelaxStory a la réponse, une application évolutive. Des thérapeutes viendront régulièrement animer des rubriques et donner des conseils pratiques. L’objectif à terme sur ces rubriques est de passer entièrement en audio en gardant toujours en tête l’objectif de solutions intégrées qui est le coeur du concept. « Toutes les semaines, nous ajouterons des contenus » nous confie Mathieu, c’est ça qui créera de l’intérêt et l’envie de l’utiliser régulièrement. De nouvelles rubriques seront créées afin de répondre au mieux aux attentes des utilisateurs et des entreprises.

Pour conclure, rien de mieux que de vous faire une idée par vous-même, l’application est téléchargeable sur l’App Store et Google Play, comme nous l’ont rappelé leurs concepteurs, elle est gratuite (le choix  s’est porté sur des contenus sponsorisés plutôt que des publicités intrusives) et accessible à tous, alors pourquoi hésiter, ça ne coûte rien d’aller voir.

0 comments on “Le bonheur au travail est-il source de bien-être?”

Le bonheur au travail est-il source de bien-être?

Bonheur

 

Le bonheur est partout, à la télévision, sur les réseaux sociaux, à la radio, dans les magazines, les films, les clubs de gym, les loisirs, alors pourquoi pas dans l’entreprise ? Ne serait-ce pas une bonne nouvelle que la prise en compte de notre bonheur ? Notre désir de bien-être au travail, légitime attente, dont on vante régulièrement les effets positifs pour le salarié comme pour l’entreprise, a donné naissance à ce curieux avatar, « l’happycratie » (Happycratie : comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies par Edgar Cabanas et Eva Illouz – http://www.premierparallele.fr/livre/happycratie). Cette quête du bonheur est devenue une véritable injonction, le bonheur serait devenu un booster de productivité, dont les entreprises auraient compris très rapidement les bienfaits.

Plongeons-nous donc avec bonheur dans l’happycratie afin d’y voir un peu plus clair. La multiplication des acteurs de l’entreprise se proclamant responsables du bonheur, des professionnels investis de la mission de propager le bonheur à grands coups de fêtes de bureaux et de boîtes de Haribo, doivent nous alerter. Soit nous sommes devenus tous très malheureux, les forces obscures du burn-out auraient définitivement gagné, soit le bonheur, telle une drogue miracle, révélerait des vertus qui nous échappent.

Premier constat l’happycratie n’est pas synonyme de bien-être absolue, arborer un sourire constant digne d’un smiley que l’on brandit à chaque occasion ne sera jamais un gage de bonnes conditions de travail. La dictature du smiley a largement envahi le monde de l’entreprise. « Dans les start-up, le smiley est omniprésent, qu’il soit dessiné ou qu’il ponctue chaque échange par mail. Il est devenu un standard pour exprimer ses émotions ou même ses intentions ; une communication qui n’en comporte pas paraît immédiatement suspecte », souligne Mathilde Ramadier, auteure de Bienvenue dans le nouveau monde. Alors soyons vigilants.

Naturellement l’happycratie ne se résume pas uniquement à la qualité d’un sourire de façade. Elle induit une recherche et une prise en main constante de son bonheur. Une culture de la pensée positive.

Ne s’agirait-il pas d’une mode ? Encore une fois, il faut aller chercher ses origines aux Etats Unis où la dictature du bonheur existe depuis longtemps, cela fait partie intégrante de la culture américaine. Cette mode doit permettre, selon certaines entreprises, d’augmenter la productivité. Un salarié plus heureux est un salarié plus motivé.

Alors peut-on rendre le bonheur obligatoire?

La menace est à peine sous-entendue « Si ces nouvelles exigences de bien-être ne sont pas prises en compte, il faut alors accepter les burn-out, les dépressions, les départs ou la non-implication personnelle dans une fonction, explique Arnaud Collery, responsable du bonheur dans de grands groupes internationaux et auteur de Mister Happiness. Dans notre profession, nous ne pouvons pas forcer le bonheur, mais nous pouvons contribuer à une émergence de cet état. »

Alors, si même les professionnels du bonheur nous le disent, l’affaire doit être importante.

La figure même du Chief Happiness Officer (« responsable du bonheur ») traduit de façon emblématique cette vision du bonheur, la prise en main d’un ensemble d’états psychologiques susceptibles d’être instaurés et commandés par notre propre volonté. Nous serions donc les principaux responsables de notre bonheur. Pour le Chief Happiness Officer, le bonheur devient un objectif à atteindre.

Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises recrutent des happiness managers. L’objectif est clair, veiller à ce que chacun soit heureux au travail. Le bonheur au travail des employés est devenu un enjeu majeur d’entreprise

A qui cela profite-il?

Mathilde Ramadier, auteure et scénariste, nous fait part de son expérience en la matière. Elle a pu éprouver les effets concrets de l’happycratie durant les quelques années qu’elle a passées à travailler dans une Start Up berlinoise. Très vite, elle a compris que le bonheur qu’on exigeait d’elle ne consistait pas à cultiver un état contemplatif façon Alexandre le Bienheureux, mais plutôt à devenir partie prenante d’une vaste comédie de bureau. « La DRH connaissait notre date d’anniversaire et s’occupait d’organiser une “surprise” le jour J, en général un gâteau au chocolat décongelé accompagné d’un coupon de réduction Amazon, se souvient-elle. En réalité, il n’y avait aucune spontanéité ni même de sincérité derrière tout cela. Les apéros hebdomadaires et autres activités étaient également inévitables, pour ne pas dire obligatoires. En entreprise, on ne veut pas votre bonheur pour votre bonheur, mais pour vous faire tenir, pour que vous restiez bien productif. Tout cela n’est en somme qu’un bonheur factice, un peu comme le bien-être procuré par la consommation d’antidépresseurs ».

Il s’agit d’une vision bien sombre qui ne doit pas occulter les vraies initiatives et il y en a une majorité, heureusement. Tous les happiness managers ne viennent pas avec des recettes toutes faites. La plupart commencent par faire un état des lieux des ressentis individuels et collectifs, repèrent les dysfonctionnements et font un diagnostic qu’ils soumettent au comité de direction, afin d’amorcer la transformation nécessaire à tous les niveaux, à commencer par celui des managers. Condition essentielle : il faut que les employés voient les actions menées, qu’ils soient impliqués dans leur mise en oeuvre et qu’ils en mesurent par eux-mêmes les bénéfices, souligne Philippe Laurent, coach et spécialiste du bonheur au travail.(https://www.lexpress.fr/emploi/les-managers-du-bonheur-arrivent-dans-les-entreprises_1849046.html)

Attention aux effets pervers du bonheur.

Abreuvés au quotidien d’images de vacances de rêve et d’apéritifs idylliques, nous nous retrouvons dès lors à portée de clic du bonheur de chacun. Une étude menée par Mai-Ly Steers, chercheuse de l’université de Houston, a montré que le fait d’être exposé au bonheur des autres sur les réseaux sociaux, augmentait le risque de dépression, la raison en est la tendance à se comparer aux autres.

Au final, personne ne nous a vraiment demandé si nous voulions de ce bonheur sur commande, les salariés eux, sont en demande de considération, de reconnaissance et de bien-être dans leur quotidien professionnel, c’est déjà beaucoup.

En conclusion, nous laisserons la parole à Serge Gainsbourg qui déclarait dans une série d’entretiens accordés à Noël Simsolo, en 1982 : « L’idée du bonheur m’est étrangère, je ne la conçois pas, donc je ne le cherche pas. »

0 comments on “Quand vacances riment avec productivité”

Quand vacances riment avec productivité

Vacances

 

En cette période estivale et avant de préparer nos valises, nous vous avons concocté un article d’actualité sur les vacances et leurs bienfaits, car au-delà du stress de dernière minute engendré par le bouclage des derniers dossiers, les vacances auraient des vertus nombreuses, mais ça vous le saviez.

La première question pour les entreprises, les vacances sont-elles uniquement faites pour réduire leur activité et empoisonner leur planning ? Pas si sûr. Plusieurs études démontrent qu’au contraire, les salariés qui prennent des vacances, améliorent leur productivité, leur investissement et leur épanouissement au travail, par conséquent, ils sont plus performants. Aux États-Unis, une étude réalisée par la Society for Human Resource Management, indique que 77 % des responsables RH et des managers, ont confirmé que les employés qui prennent le plus de vacances sont aussi les plus productifs. Bonne nouvelle, on va pouvoir partir la conscience tranquille.

62 % d’entre eux considèrent que si les salariés prenaient davantage de vacances, ils seraient plus productifs et l’entreprise fonctionnerait mieux. Les vacances permettent d’accroître l’efficacité au travail, loin de représenter une perte de chiffre d’affaires pour les entreprises, elles contribuent à augmenter l’efficacité au travail, les salariés profitant de ces périodes de break pour recharger leurs batteries et se reposer complètement. On s’en doutait un peu, mais ça fait du bien de le rappeler.

On peut ainsi le constater au niveau mondial : les pays où les périodes de vacances sont les plus longues sont aussi ceux qui affichent les meilleurs taux de productivité, tandis que les pays où les salariés prennent peu de congés, peuvent certes, présenter des durées de travail hebdomadaire plus élevées, mais affichent des performances en trompe l’œil en matière de productivité. En France ou en Allemagne, les salariés bénéficient de 30 à 40 jours de vacances par an, ils s’avèrent plus productifs qu’aux États-Unis, où la plupart des employés prennent en moyenne 10 jours de vacances par an. Les pays d’Europe du nord par exemple, ne sont pas en reste en matière de vacances, durant les deux mois d’été les salariés suédois travaillent très peu, voire pas du tout. Pour rappel, la Suède occupe la seconde place du classement de l’OCDE sur la qualité de vie

L’effet des vacances, des bienfaits sur le long terme

Outre un impact sur la productivité du travail, les vacances présentent également des bienfaits à plus long terme. Elles contribuent à améliorer la santé des salariés et augmentent la sensation de bien-être, ce qui contribue forcément à la bonne marche des entreprises. Là encore, on constate un décalage entre les pays européens et les États-Unis : en Europe, les taux de dépression et les dépenses de santé sont plus faibles qu’outre-Atlantique.

D’avantage de vacances seraient donc synonyme d’une meilleure productivité et contribuerait au bien-être.

Des vacances en illimité pour lutter contre le présentéisme

Certaines entreprises, ont décidé d’aller plus loin encore, en accordant à leurs employés des vacances en illimité. L’idée est simple : plutôt que de se focaliser sur le présentéisme, ces entreprises permettent à leurs employés de partir en vacances quand ils le souhaitent, à condition qu’ils remplissent les objectifs fixés.

Chez Indeed entreprise spécialisée dans l’emploi et le recrutement, les salariés bénéficient d’un avantage conséquent : leurs vacances sont illimitées. Le but n’est pas d’inciter tous les collaborateurs à déserter l’entreprise durant plusieurs mois, on s’en doutait. L’objectif est de développer une certaine confiance et responsabilité entre les managers et les équipes. « Cela fait partie de la culture de notre entreprise. Cette confiance signifie que nos salariés ne sont pas de simples exécutants, mais des associés au développement de l’entreprise, souligne Arnaud Devigne, directeur général d’Indeed France. Les vacances illimitées n’ont pas été mises en place non plus pour attirer de nouveaux talents. Elles sont tout simplement là pour traduire, dans les faits, un principe de responsabilisation de nos collaborateurs. »

Des salariés plus que raisonnables

En résumé, tant que son travail est fait et ses objectifs atteints, le salarié peut s’offrir quelques jours de repos. Avec ses vacances illimitées, Indeed répond y compris aux besoins ponctuels de ses salariés et fait baisser le présenteisme. Le système a été mis en place en janvier 2016 dans les 15 bureaux que compte Indeed à travers le monde. Et jusqu’à présent aucun n’abus n’a été constaté. « Nous avons par contre relevé un impact positif sur l’ambiance dans nos équipes. C’est un bon élément de motivation. Cette initiative n’a pas non plus créé de blocage, où, face à l’absence de règle, les salariés n’osent plus poser de congés», commente Arnaud Devigne.

Néanmoins, l’initiative d’Indeed respecte les obligations légales, chaque salarié pioche dans ses cinq semaines de congés payés et ses RTT, mais il doit respecter la procédure pour les congés « en rab », avec accord du manager et validation des dates. Les vacances illimitées supposent un prérequis : mettre en place des systèmes de mesure de la performance. Les managers deviennent davantage des leaders, des coaches, que des managers du temps de travail.

Partout où elle est mise en place, cette formule a porté ses fruits : non seulement elle n’a pas donné lieu à des abus (contrairement à ce que l’on pourrait penser) puisqu’il n’y a pas eu d’augmentation, même sensible, du nombre de jours pris. Les salariés apprécient cette plus grande flexibilité qui leur permet de mieux articuler vie professionnelle et vie privée.

Il est encore difficile d’envisager une généralisation des vacances en illimité : si les structures souples, comme les start-up déjà très en pointe en matière de souplesse et de télétravail, peuvent facilement appliquer la formule, elle (cette pratique) pourrait poser des problèmes d’organisation dans les grandes entreprises plus rigides. En cette veille de congés, nous sommes optimistes et convaincus que les grandes entreprises y viendront elles aussi.

L’équipe VitæLia vous souhaite de bonnes vacances et vous donne rendez-vous début septembre.

0 comments on “Bien-être au travail, quoi de neuf chez nos voisins?”

Bien-être au travail, quoi de neuf chez nos voisins?

Commençons par quelques chiffres tirés d’une étude sur le bonheur des salariés (Baromètre Edenred-Ipsos étude réalisée dans 15 pays à travers les plus grandes économies du monde). L’équipe Happiness Works de Nic Marks a évalué le bonheur au travail de plus de 14 000 salariés en activité en Europe, en Amérique du Nord et en Australie. Les États-Unis, l’Allemagne et les Pays-Bas ont les salariés les plus heureux de tous les pays (base des pays inclus dans l’étude), avec des scores respectifs de 71,8, 71,2 et 69,9 sur une échelle de 0 à 100 (100 correspond aux salariés les plus heureux). Dans la tête du groupe des pays où les salariés se disent les moins heureux au travail on retrouve, on vous le donne en mille, la France (63,8), la Belgique (65,2) et le Royaume-Uni (67,2).

L’étude montre que les principaux leviers de bonheur des salariés varient d’un pays à l’autre. En France, les 3 principaux identifiés sont « être traité équitablement et respectueusement », « le sentiment d’accomplissement » et « être fier de son entreprise ». « Etre traité avec équité et respect » est le vecteur de satisfaction que l’on retrouve en tête en France, donc, mais aussi en Belgique, en Allemagne et en Australie. Aux Pays-Bas, c’est « le sentiment d’accomplissement » qui est privilégié.

Au-delà de ces chiffres, il faut prendre en compte les contextes économiques, les marchés de l’emploi par pays et les différences culturelles qui ont une incidence sur les attentes des salariés vis à vis de leur emploi.

Ce qu’il faut retenir, le bien-être au travail est devenu un enjeu croissant pour les entreprises confrontées à un environnement économique imprévisible, elles ont parfaitement intégré l’impact direct sur l’engagement des collaborateurs, et par voie de conséquence sur la performance. Quand on approfondit les chiffres, on retrouve au-dessus de la moyenne des économies en développement, l’Inde, le Mexique, le Chili, le Brésil… mais aussi les Etats-Unis et l’Allemagne. Au milieu du tableau se placent le Royaume-Uni, la Chine, la Pologne et la Belgique. Dans le bas du palmarès, où le score de bien-être au travail est inférieur à la moyenne, on trouve l’Espagne, la France avec 67%, la Turquie, l’Italie et, bien plus loin, le Japon, où seulement 44% des salariés interrogés ont donné une réponse positive.

La pondération donnée aux différents éléments (cadre de travail, attention, émotion) qui constituent le bien-être au travail diffère elle aussi d’un pays à l’autre. Dans les pays dont les résultats sont les plus élevés (Inde, Mexique, Brésil, Chili), le bien-être au travail est fortement impacté par la dimension émotion. Au Japon, en Chine, Turquie, Italie et en Pologne, le bien-être au travail tient davantage compte de l’environnement de travail. Enfin, les salariés des économies dites plus matures offrent des résultats plus équilibrés sur le bien-être au travail, oscillant entre un déficit d’émotion en Espagne, USA et Royaume-Uni, et d’attention en France, Allemagne et Belgique.

Que font alors les entreprises des pays où l’on est particulièrement heureux d’aller travailler ?

 

international

Petit tour du monde de quelques pratiques innovantes.

Inde :

L’Inde est reconnu comme l’un des pays où les salariés sont les plus heureux. Plusieurs entreprises ont pris des initiatives remarquées, ainsi, HCL Technologies, société d’électronique et d’informatique, spécialisée dans les technologies de l’information, est à l’avant-garde des bonnes pratiques RH. Parmi celles-ci, la mise en place d’un forum interne appelé « U&I » (« Vous et moi »). Les salariés peuvent, grâce à cet outil, interpeller les membres de la direction ou du top management, y compris le PDG, et ce, sur n’importe quel sujet. L’objectif est de favoriser la liberté d’expression et l’écoute. Devant le succès rencontré par cette initiative qui s’appuie sur la transparence, HCL Technologie a ouvert un second volet, centré sur les problèmes stratégiques de l’entreprise. En sollicitant les salariés et en autorisant l’expression de leurs doutes ou de leurs éventuelles critiques, la direction a renforcé la confiance entre collaborateurs et le lien avec l’entreprise.

États-Unis :

Selon le baromètre Edenred-Ipsos sur le bien-être au travail les États-Unis réunissent 77 % de salariés satisfaits. Chez Morning Star, entreprise californienne de 400 salariés, créée en 1970, spécialisée dans la transformation de tomates, ce sont les collaborateurs qui jugent des stratégies pertinentes pour l’entreprise et fixent leurs objectifs de production et de rentabilité. Ils signent ensuite des contrats d’engagement, accessibles à tous depuis le réseau social de l’entreprise. Pour son PDG Chris Rufer, l’engagement mutuel génère « une véritable dynamique coopérative et les objectifs atteints sont plus élevés que lorsqu’ils sont décidés unilatéralement par un manager ». L’entreprise est actuellement en pleine croissance et transforme 25% de la production des tomates californiennes.

Brésil :

Chaque jour, les ouvriers des usines FIAT de Betim (une des plus grosses usines de la marque) qui produit 850 000 véhicules chaque année n’enregistrent plus leur horaire d’arrivée. La direction a modifié les pointeuses qui n’indiquent plus les temps de travail, les salariés annoncent, à la place, leur humeur en appuyant sur des boutons de couleurs : vert, orange ou rouge. Ceux qui optent pour le rouge, signalent qu’ils rencontrent un problème, ils sont alors accompagnés par des managers qui ont reçu une formation en amont pour les aider efficacement. Preuve que la mesure est utile et répond à un besoin : 80 % des salariés appuient sur le bouton rouge au moins une fois par an.

Belgique :

La Belgique fait partie des pays où le taux de satisfaction des salariés est modéré mais certaines pratiques étonnantes méritent d’être notées, surtout quand elles viennent de la fonction publique peu ouverte au changement et à l’innovation managériale.  Entre 2009 et 2014 le Ministère de la Sécurité Sociale sous l’impulsion de son directeur Frank Van Massenhove, a mis en place une mesure qui a consisté à « libérer » les équipes : horaires flexibles, bureaux non attitrés, télétravail possible, etc. « 70% des agents ont opté pour le télétravail à raison de 3 jours pr semaine, résultat, la productivité a augmenté de 20 % au minimum. « On a aussi réalisé d’énormes économies sur les coûts fixes (loyer, téléphone, énergie) et tout d’un coup on s’est mis à crouler sous les candidatures spontanées » explique Laurence Vanhée, Chief Happiness Officer en charge de cette transformation.

Suède :

Ces dernières années, plusieurs entreprises suédoises ont introduit la journée de travail de 6 heures. Parmi elles, la start-up Filimundus, installée à Stockholm qui développe des applications mobiles. « La journée de 8 heures n’est pas aussi productive qu’on le pense. Rester concentré pendant tout ce temps sur une tâche spécifique est un incroyable défi. Pour y arriver, on finit par mélanger les choses et faire des pauses pour rendre la journée plus supportable. En même temps, nous avons du mal à gérer notre vie privée.» constate Linus Feldt le PDG de Filimundus. Le but de passer à la journée de 6 heures est de rendre leur motivation aux équipes mais aussi de leur permettre d’être plus efficaces lorsqu’elles sont au travail. Sur les 6 heures que constituent désormais leurs journées, les collaborateurs ne sont donc pas autorisés à utiliser les médias sociaux, il n’y a pas non plus de distractions particulières et le nombre de réunions est réduit à son minimum. « J’ai le sentiment qu’il est désormais plus facile pour les collaborateurs de se focaliser sur le travail qui doit être fait, d’avoir l’endurance pour le faire mais qu’il leur reste aussi de l’énergie quand ils quittent le bureau », conclut Feldt.

Et la France, dans tout ça?

Chez Lippi, une PME française de 300 salariés dont le siège social est situé en Charente, spécialisée dans la fabrication de grillages et de clôtures, a revu en 2013 son système de primes et de hausse des salaires. Fini la prime à la performance, remplacée par la prime sur les valeurs. Ainsi trois valeurs ont été choisies : respect des autres, disponibilité pour les proches collaborateurs et disponibilité pour ceux des autres services. Le salariés ne remplissant pas ces critères ne sont pas sanctionnés (sauf pour la prime…) ils bénéficient d’un accompagnement à l’apprentissage de l’esprit collaboratif.

Chez VitæLia on adore toutes ces initiatives, surtout si elles contribuent au bien-être des salariés.

0 comments on “La pause yoga, on ne peut plus s’en passer”

La pause yoga, on ne peut plus s’en passer

Yoga

 

 

Pour terminer ce mois de juin nous vous invitons à fêter, avec un peu de retard, la journée mondiale du Yoga qui a eu lieu le 21 juin. On vous propose pour cela, de s’arrêter quelques minutes sur le monde de l’entreprise pour voir comment celle-ci s’est laissée emporter par cet engouement  de la pratique du yoga, discipline bénéfique pour le bien-être des salariés et qui va au-delà des effets de mode.

Avec 2.5 millions de pratiquants en France, dont 70% sont des femmes, nous sommes devenus de fervents partisans du yoga. En 2017, 24% des salariés français se déclaraient en état d’hyper stress, d’après le panel de Stimulus (cabinet spécialisé dans le bien-être et la santé au travail). Il est reconnu que nous passons de nombreuses heures par jour assis à notre bureau et sommes régulièrement soumis à des rythmes de travail intenses. Cela nous demande une attention soutenue et permanente qui devient rapidement un facteur de stress et d’angoisse. Quand celle-ci monte, la respiration s’accélère et le rythme cardiaque augmente. D’où l’importance d’apprendre à gérer sa respiration. Se relaxer permet de retrouver un souffle régulier et d’éliminer cette angoisse. Nous apprenons à réagir plus calmement et avec assurance en nous laissant moins submerger par les émotions.

Et si le yoga pouvait nous aider à remédier à cet état de stress?

Rendre nos journées de travail plus zen et plus agréables, afin de se sentir plus concentrés, moins fatigués. S’offrir une bulle de zénitude au milieu de la journée représente une vraie coupure. Les entreprises voient cela d’un oeil bienveillant, mieux, elles l’encouragent, de leur côté, les salariés sont de plus en plus adeptes. Il n’est pas rare de voir des salariés déambuler avec un petit tapis en mousse sous le bras, convergeant à l’heure du déjeuner dans la salle de réunion transformée pour l’occasion en espace de salutation au soleil. Le yoga ne se cache plus. Prendre soin de soi en entreprise est devenu positif. L’objectif ne serait-il pas de nous transformer en une sorte de salarié parfait, jamais déprimé toujours positif ne connaissant pas les lumbagos, un rouage parfait que l’on pourrait qualifier d’ascète productif new-age.

Comme l’indique ce site de cours de yoga en entreprise, les bienfaits sont nombreux et on se demande comment on a pu s’en passer avant. Les bienfaits physiques vont, de la musculation en profondeur du dos et de la ceinture abdominale, à la souplesse musculaire et articulaire, de l’amélioration de la circulation sanguine en passant par la baisse des tensions musculaires et nerveuses au renforcement du système immunitaire (augmentation du taux d’anticorps dans le sang, réduction des maladies cardio-vasculaires etc.) et enfin, apportent un regain d’énergie.

Les bienfaits psychiques ne sont pas en reste, la prévention des symptômes dépressifs, l’amélioration de la gestion des émotions, une maîtrise accrue du stress, l’augmentation de la concentration et de l’attention, une meilleure clairvoyance lors de la prise de décision, une augmentation de l’estime de soi, et de plus la pratique du yoga booste la créativité.

En invitant les salariés à des séances matinales au sein de l’entreprise (ou pourquoi pas entre midi et deux) autour du bien-être, les entreprises proposent un nouveau deal à leurs salariés : s’accorder du temps pour soi, vivre l’instant présent ensemble, dans un échange convivial, autour d’une activité ludique et accessible par tous. Ces ateliers permettent également de nouer des liens entre des équipes d’une même entreprise qui ne se connaissent pas forcément ou qui n’ont pas eu l’occasion de travailler ensemble.

On comprend mieux l’engouement général pour le yoga, peu d’investissement matériel, des offres de cours et de méthodes nombreuses adaptées à vos besoins (comme le Hatha Yoga, le Yoga Vinyasa, le Ashtanga Yoga par exemple) On peut même le trouver sous forme d’application smartphone. Atout supplémentaire, une entreprise qui accorde une attention particulière au bien-être de ses salariés et à leur qualité de vie au travail en tire des bénéfices pour son image et sa marque employeur. Petit bémol dans ce concert de louanges, le yoga ne règle pas tout, si au travail il peut soulager le stress et les tensions, il ne résout pas tous les problèmes. Il ne doit pas se substituer à un management équilibré et bienveillant, pas plus qu’il ne peut répondre aux surplus de charge de travail, des relations interpersonnelles, et de l’équilibre vie privée/vie professionnelle.

En attendant, laissez-vous tenter par une séance d’initiation au yoga, de nombreux professionnels en proposent.

0 comments on “Le Walking Meeting ça use les souliers mais c’est bon pour la santé”

Le Walking Meeting ça use les souliers mais c’est bon pour la santé

Walking Metting

 

On va commencer par quelques chiffres, histoire de se mettre en jambes.

Entre 5 000 et 6 000 pas en moyenne : c’est le nombre de pas que nous faisons par jour, en dehors du temps de travail. Ce calcul a été réalisé sur la base d’une personne qui comptabilise 6 heures ou plus devant un écran, contre 7 891 pas pour celle passant 1 à 2 heures quotidiennes. C’est un peu mieux, mais on est encore loin des 10 000 pas quotidiens conseillés par l’OMS…

La raison invoquée? 29 % des personnes interrogées déclarent manquer de temps, en dehors de leur travail, pour pratiquer une activité physique ou sportive. 26 % déclarent manquer d’envie et ceux de mauvaise foi, mettent en avant l’inconvénient de la sueur engendrée par tout effort physique.

Nous pourrions gagner jusqu’à deux ans d’espérance de vie supplémentaire si nous passions moins de trois heures par jour assis, (étude américaine publiée en 2012), la position assise prolongée est aussi néfaste pour la santé que le tabagisme ou l’obésité.

l’Organisation Mondiale de la Santé rappelle que la sédentarité est reconnue comme le 4ᵉ facteur de risque de mortalité globale. La pratique d’une activité physique régulière permet de diminuer : jusqu’à 39 % le risque de développer un cancer du sein, 26 % celui d’un cancer colorectal, 25 % celui d’une attaque cérébrale et 34 % celui d’un diabète.

Toute forme de mouvements qui se traduit par une dépense énergétique est bénéfique, en effet l’activité physique ne s’arrête pas uniquement à la pratique d’une activité sportive, mais correspond à toutes les activités de la vie quotidienne : tâches domestiques, bricolage, jardinage, travail, marche…

La solution : utiliser les temps de réunions pour marcher !

Ça tombe bien, les études le prouvent, les réunions sont nocives pour les salariés. Elles s’avèrent souvent inutiles et ajoutent une dose de sédentarité mauvaise pour la santé.

La réunion à l’ancienne a encore de nombreux adeptes. Patrons et managers à la logorrhée verbale prolixe s’y adonnent avec enthousiasme devant des parterres de collaborateurs passifs assis dans une position plus ou moins dommageable pour leur colonne vertébrale.

L’abus de réunions nuit à la santé des salariés. Elles sont nocives pour le mental, 9 cadres sur 10 avouent s’être déjà sentis inutiles en réunion (sondage IFOP, 2014), enfin, selon les chiffres publiés par The Archives of ­Internal Medicine, rester huit heures par jour assis au bureau augmenterait de 15 % le risque de décès prématuré. Quand on vous dit que les réunions sont dangereuses pour la santé.

C’est dans ce contexte que le walking meeting s’est imposé. Cette pratique ambitionne de mêler réunion et déambulation. Et comme toutes les nouvelles pratiques, celle-ci serait venue des Etats Unis, accompagnée d’un storytelling trop parfait. Nilofer Merchant, auteure de plusieurs livres, conseillère renommée pour de grandes entreprises américaines, aurait été ainsi conviée un jour, à une réunion au format inhabituel, cette proposition aurait alors changé sa vie : « Je dois sortir les chiens demain. Peux-tu venir avec moi ? », lui aurait proposé son interlocuteur, la privant ainsi de l’inconfort d’une salle de réunion classique. Même si l’histoire paraît trop belle, les bienfaits sont confirmés par deux psychologues de l’université Stanford qui affirment que marcher est un excellent moyen de stimuler la pensée créative en mobilisant simultanément plusieurs aires cérébrales. « On sait que faire un effort d’intensité légère à modérée augmente de 25 % la quantité d’oxygène fournie au cerveau. Donc, ça peut aider à générer de bonnes idées et de la créativité », nous rappelle Émilie Lachance, kinésiologue.

Mais n’allons pas trop vite, il est inutile de changer les fauteuils de salle de réunion par des tapis roulants, en effet, les deux chercheurs précisent, que c’est bien le fait des échanges en extérieur qui produit les associations d’idées les plus constructives. En plus de nous faire prendre l’air, le walking meeting permet de bousculer le formalisme des rapports hiérarchiques.Ils se veulent néanmoins rassurants, nous aurons toujours besoin de nous asseoir et de pouvoir prendre des notes pour des projets qui demandent une grande concentration et font moins appel à la créativité. (Ouf, Vitaelia vient d’investir dans la dernière version de Powerpoint, nous commencions à regretter cet achat plutôt qu’une bonne paire de running).

Trêve de plaisanterie, Le Walking Meeting est une pratique sérieuse. La preuve, chez LinkedIn par exemple, tous les jours, les collaborateurs se promènent et devisent en longeant la piste cyclable autour du siège de la société. D’autres entreprises se convertissent à cette pratique. Facebook vient d’installer une « promenade » d’un kilomètre sur le toit de son nouveau siège social à Menlo Park, en Californie, pour que ses collaborateurs y tiennent des réunions. Les bons côtés des Walking Meeting sont nombreux, outre les bénéfices pour la santé, marcher aide à briser le formalisme d’une réunion, désamorce les tensions d’un face-à-face tout en favorisant les échanges conviviaux entre collègues. Point non négligeable, mener ses réunions en extérieur minimise également les distractions : pas de téléphone, pas de courriels, pas de sms, pas de collègues pour vous interrompre.

Le regretté Steve Jobs en était un fervent adepte et si Mark Zuckerberg, président de Facebook, Jack Dorsey, co-fondateur de Twitter ou Barack Obama s’y sont convertis ce n’est pas un hasard.

Pour terminer voici quelques conseils pour organiser un bon Walking Meeting:

Constituer un petit groupe de 4 personnes maximum (plus ça tourne au cortège).
Commencer par marcher jusqu’à un lieu où vous pourrez vous asseoir.
Augmenter graduellement le temps de marche dans les réunions suivantes.
Choisir un endroit idéalement peu bruyant, un parc fera parfaitement l’affaire.
Tenir la réunion dans des conditions météorologiques favorables.
Prévenir les participants que la réunion se fera en marchant, pour éviter l’effet de surprise.
Prévoir des chaussures et des vêtements confortables, même si ne s’agit pas de partir faire un trekking. Proposer des sujets qui ne nécessitent pas de prise de notes, s’équiper éventuellement d’un enregistreur.
Eteindre les téléphones portables.
Préparer l’itinéraire : se perdre n’augmentera certainement pas la productivité.

Bon Walking Meeting à tous

https://www.cerema.fr/fr/centre-ressources/newsletters/transflash/transflash-ndeg-402-decembre-2015-janvier-2016/zoom-walking-meeting-comment-lier-travail-sante-marche

https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2018/06/11/la-reunion-une-promenade-de-sante_5312735_4497916.html

0 comments on “Quand des entreprises portent plainte contre des médecins du travail.”

Quand des entreprises portent plainte contre des médecins du travail.

Aujourd’hui nous allons vous parler d’une affaire qui montre bien toute l’ambiguïté qui existe entre médecins du travail et employeurs. Ce n’est pas faire mystère que de souligner l’étroitesse de la marge de manoeuvre que les médecins du travail ont vis à vis des sociétés et de leurs salariés. Il faut une bonne dose de courage de la part de ces praticiens pour oser braver l’autorité de l’entreprise et révéler parfois des pratiques qui peuvent nuire à la santé de ses salariés. C’est pourtant ce que le docteur Karine Djemil, médecin du travail en Seine Saint Denis a dénoncé au moins à deux reprises en 2012 et 2013. Nous allons voir en quoi cela peut se révéler périlleux.

Medecin travail

Pour ce crime, car il semblerait que cela en soit un, le docteur Djemil a été condamnée le 4 mai 2018 par la chambre disciplinaire du Conseil national l’ordre des médecins (une première condamnation avait été prononcée le 18 janvier 2016). La raison? Avoir déclaré inapte des salariées qui s’estimaient victimes de harcèlement moral et sexuel, puis leur avoir fourni une copie de leur dossier médical,  dossier utilisé ensuite pour poursuivre leur employeur en justice.

Comme le raconte le docteur Karine Djemil, tout a commencé il y a 5 ans quand une salariée à l’occasion d’une consultation, se plaint de faits de harcèlement sexuels de la part de son employeur, gestes déplacés, remarques ambiguës et SMS explicites. Messages relatant des propositions sexuelles crues, puis, après le refus des avances, des textos de dénigrement et des reproches sur une supposée incompétence.

Cela va si loin, que durant un déplacement professionnel cette salariée doit faire face à des propositions insistantes et répétées de relations sexuelles de la part d’un de ses employeurs, chose qu’elle refuse à nouveau. Cela lui vaudra de devenir le « vilain petit canard » de l’entreprise. A la suite de ça elle fera une tentative de suicide.

Alertée, le docteur Djemil décide de réaliser une étude de poste et se renseigne sur les conditions de travail des salariées. Comme elle le fera également pour une autre entreprise, où suite à plusieurs témoignages d’employées, elle fera, là aussi, une étude de poste allant jusqu’à se demander si il n’existerait pas un « droit de cuissage » dans cette société. Compte tenu des « récits concordants » de maltraitances psychologiques et sexuelles, de l’état de souffrance de plusieurs salariées et du caractère répétitif des faits, Karine Djemil n’en doute pas, il s’agit bien de droits de cuissage, elle n’en démord pas et le mentionnera noir sur blanc.

Elle a l’habitude des bras de fer avec les entreprises, c’est une récidiviste, Karine Djemil dénonce régulièrement tout ce qui relève selon elle de maltraitance au travail. N’hésite pas à réclamer un suivi médical, par exemple, à la suite d’une dégradation subite de l’état de santé d’un patient qu’elle impute au climat « délétère » dans l’entreprise qui procède à des licenciements de masse.

Pourtant cette fois, elle ne s’attendait pas à se faire condamner à 6 mois d’interdiction d’exercer (dont trois avec sursis) par le Conseil national l’ordre des médecins (CNOM) pour « écrits tendancieux ». Et là nous entrons dans cette zone « grise » dont nous avons déjà parlé dans un de nos articles. Les deux entreprises pour se dédouaner, ont saisi l’Ordre, au motif que, dans ses écrits, le docteur a établi abusivement le lien entre la pathologie du patient (état de stress sévère, burn-out, dépression…) et son travail. Cerise sur la gâteau elles remettent en cause les faits relatées en accusant les plaignantes « d’affabulatrices consentantes ». Il n’y a pas d’enquête, pas d’instruction, c’est la parole de l’employeur contre celle du médecin. Et même si le docteur Djemil souligne qu’elle n’a pas rédigé ces faits de harcèlement à la légère, ces entreprises elles les suit depuis de nombreuses années et les témoignages ont été rapportés de manière répétée sur une longue période. Les SMS, elle les a bien lus, elle a été témoin de la souffrance, des syndromes dépressifs. Réponses des employeurs, il s’agit de témoignages de « folles, allumeuses ». Des salariées que le Conseil national de l’ordre des médecins ne prendra même pas la peine d’auditionner…

Le code de déontologie de l’Ordre interdit-il vraiment de faire le lien entre les symptômes du patient et une origine professionnelle ? Un paradoxe, quand on sait que la médecine du travail a une mission de prévention et de protection contre les risques.

Karine Djemil n’est pas la seule à s’être retrouvée dans cette situation. Certaines personnes évoquent jusqu’à une centaine de plaintes contre des médecins du travail.

Le docteur Dominique Huez, vice-président de l’association Santé et médecine du travail (SMT), parle de 400 plaintes par an, dont 200 contre des généralistes et 100 contre des médecins du travail. De son côté, le Conseil national de l’ordre des médecins a comptabilisé seulement une dizaine d’affaires en cours, concernant des médecins du travail. Pas vraiment le même ordre de grandeur.

Ces dossiers se révèlent bien plus importants si l’on tient compte des conciliations. La plupart du temps, on demande aux médecins de “se dédire. » Autrement dit, de revoir leur copie s’ils veulent échapper au procès. Les avocats des employeurs n’hésitent pas à brandir la menace. Et visiblement, ça marche. « Le signal général qui est donné, c’est fermez votre gueule« , balance un inspecteur du travail sous couvert d’anonymat.  Plusieurs médecins du travail ont tenté un recours devant le conseil d’État, pour enrayer les plaintes d’employeurs. La tâche s’avère ardue, se défendre devant la chambre disciplinaire de l’Ordre implique de révéler des éléments du dossier médical donc de violer le sacro-saint secret professionnel. Ne pas se défendre pour ne pas mettre à mal ce fameux secret, revient à faire l’objet d’un procès non équitable. Pour rappel, on comprend l’hésitation de ces braves médecins, le Code pénal prévoit (art. 226-13) que la révélation d’une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par son état ou sa profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire, est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Bilan, le conseil d’État a rejeté la requête de ces médecins téméraires, en octobre 2017.

Comme on le voit, le sujet reste sensible et l’on comprend que la condamnation du docteur Djemil sanctionne plus son attitude et son refus « de se coucher » comme elle le dit elle-même que la nature des faits reprochés aux entreprises qui est passée aux oubliettes, requalifiée en harcèlement simple.

A retrouver sur Info Arte TV et sur l’Express Entreprise

https://info.arte.tv/fr/medecin-du-travail-contre-patron

https://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/droit-travail/medecins-du-travail-au-banc-des-accuses_1997944.html

0 comments on “Burn-out ou Bore-out du symptôme à la cause”

Burn-out ou Bore-out du symptôme à la cause

Nous avons régulièrement évoqué le burn-out et le bore-out, leurs symptômes sont bien connus. Aujourd’hui nous allons nous intéresser plus particulièrement aux causes possibles, aux facteurs déclencheurs. Mais avant d’aller plus loin, commençons par un rapide rappel des différences entre burn-out et bore-out.

Burn_Bore

Le burn-out ou « syndrome d’épuisement professionnel » se caractérise par un très grande fatigue générale, à la fois physique, psychique et émotionelle, liée au trop-plein de travail (pas uniquement dans l’entreprise, cela peut aussi survenir dans le cercle familial). Le burn-out s’accompagne de nombreux symptômes : insomnies, anxiété, mal de dos, perte de mémoire…

Le bore-out désigne l’exact inverse du burn-out, à savoir un état d’ennui au travail tel qu’il conduit, lui aussi, à une forme d’épuisement général, à un état dépressif. Les symptômes physiques peuvent être les mêmes que pour le burn-out. Le bore-out peut intervenir dès lors que la personne est ou se sent sous-employée au niveau intellectuel, ou sous-sollicitée au regard de ses compétences.

Les médecins vous le diront, la solution en cas de burn-out ou de bore-out est de s’éloigner de son environnement professionel et de se reposer, voire de changer d’emploi… Décision difficile pour les personnes atteintes, qui par leur état et la relation qu’elles ont nouée avec leur travail ont d’autant plus de mal à sortir de cette spirale.

Changer de travail suffit-il?

Peut-on soigner le symptôme sans soigner la cause? Il faut parer à l’urgence, le réflexe de s’éloigner de la source et de se reposer reste légitime et salutaire. Le syndrome d’épuisement est bien trop sérieux pour ne pas agir rapidement.

Dans les deux cas, Burn-out ou Bore-out, ce qui prédomine c’est le sentiment d’échec que l’on peut ressentir et également une mésestime de soi. L’objectif est de comprendre comment on se retrouve dans cet état et comment notre époque y contribue. Le fait de changer de milieu professionnel ne réglera pas la problématique. Fuir les problèmes en les imputant à des causes extérieures ne suffit pas. Il faut se demander d’où vient réellement le problème. La vraie question est de comprendre le pourquoi et le comment. Si on se penche sur le sujet, on s’aperçoit qu’il faut commencer par analyser notre rapport à la productivité, cette relation ambiguë que l’on entretient avec elle. La productivité a une connotation négative, associée d’une part au management qui, par sa posture exigeante du toujours plus et de l’autre l’entreprise et sa culture du résultat, peut donner au salarié cette impression de ne pas pouvoir être à la hauteur. De ne pas avoir le temps de faire bien et de réfléchir pleinement. Ce qui va à l’encontre de notre besoin de contribuer, car oui, l’être humain a besoin de contribuer, d’être présent, de s’exprimer pleinement dans ce qu’il accomplit et c’est ce qui définira son estime de lui-même et le fera se sentir bien. Dans le burn-out et bore-out, on assiste totalement à l’inverse, la personne entre dans un désinvestissement total d’un point de vue professionnel et une perte de sens. Cela engendrera une mésestime de lui-même. Pour être motivé, pour être satisfait, l’individu a besoin d’être productif. La motivation n’est pas forcément focalisée sur ce que la personne produit, nous ne sommes pas tous obligés d’être passionnés par notre métier pour être heureux. La motivation vient du sens que l’on donne, de l’objectif que l’on s’assigne. Répondre aux besoins de ses proches est un enjeu de motivation, tout comme avoir des projets personnels. Dans ce cadre-là, le fait de produire quelque chose satisfera la motivation interne de l’individu, le fait d’être actif et pas uniquement spectateur créera de la satisfaction. Cette posture s’applique également dans les activités familiales. Rien n’est plus agréable que la satisfaction de la tâche accomplie. Cette absence de sens de l’utile se retrouve dans le burn-out et le bore-out. Là où quelques mois avant une personne exécutait un travail facilement, se retrouve aujourd’hui devant un enjeu insurmontable. La différence entre les deux périodes? La perte de sens, la mésestime de soi, l’épuisement devant la mission à accomplir. Pourtant celle-ci n’a pas changé ni son temps de réalisation, ce qui a par contre changé c’est tout l’afflux d’émotions internes, de questionnement désordonné. Cet état se transforme en stress et en fatigue, surtout quand il s’agit d’émotions incontrôlées. Pour compenser la perte de temps que cela génère, il en faut de l’énergie pour canaliser ces émotions, le salarié passera plus de temps à travail égal, donc dépensera plus d’énergie pour compenser sa baisse de productivité.

Alors d’où viennent toutes ces émotions?

Cela correspond à une attente, chacun est en quête d’approbation extérieure qui viendra nourrir son estime de soi. C’est tout simplement le besoin de reconnaissance. Cette reconnaissance fait partie de nous. Ça commence dès le plus jeune âge, l’individu la reçoit de ses parents, de l’école, de ses professeurs, puis de son employeur. Malheureusement cette approbation dans laquelle chacun a été élevé, dans le monde du travail, elle fait défaut. Cette absence d’approbation, l’individu va la compenser , il va s’imaginer qu’il faut en faire plus pour être reconnu.

Le burn-out ou le bore-out ne se résume pas uniquement à un trop plein de travail (qui existe malheureusement souvent) mais également à l’état d’esprit dans lequel on aborde ce travail.

En conclusion, une partie des réponses est à trouver en soi. Cela ne réduit pas le rôle et la responsabilité de l’employeur sur les causes du burn-out ou bore-out, mais la capacité que chacun aura de nourrir le sens de ses actions, l’état d’esprit dans lesquelles il les accomplit, l’aidera à surmonter ses émotions qui le submergent et lui font perdre le sens et l’estime de soi.

 

Si le sujet vous intéresse, venez découvir le pocast d’ Estelle Taillifet

Se Sentir Bien Esther Taillifet

 

0 comments on “L’École de Conférenciers – Le Show ! Sam. 19 mai 2018, de 14h00 à 19h30 Une journée d’inspiration, de motivation et de prises de conscience à laquelle est partenaire VitæLia. ”

L’École de Conférenciers – Le Show ! Sam. 19 mai 2018, de 14h00 à 19h30 Une journée d’inspiration, de motivation et de prises de conscience à laquelle est partenaire VitæLia. 

Capture d'écran 2018-05-09 15.15.39 copie

 

12 conférenciers, 12 personnalités assumées et parfois… surprenantes, 12 expertises, 12 histoires inspirantes et parfois bouleversantes, mais aussi autant d’expertises professionnelles dans plusieurs domaines, bref, 12 occasions de vivre des moments whaou !
Chacun d’entre eux aura un message impactant qui renforcera votre personnalité ou votre activité de dirigeant, de manager ou d’entrepreneur. Caroline Larbaudie Gorroz fondatrice et présidente de VItæLia fera partie du jury et apportera ainsi sa contribution et son regard sur ce moment exceptionnel.

Détails de l’évènement

Vous vous souvenez toujours des conférences qui vous ont marquées durablement. Certaines ont probablement changé votre vie ou provoqué des prises de conscience. Ce show va tenir cette promesse !
Inspirer, motiver, impacter, dynamiser, enthousiasmer, c’est l’engagement ardu des 12 conférenciers qui deviendront mémorables !

Chaque conférencier, avec son expertise et son expérience unique, partagera leur énergie et leurs outils, clés, idées et conseils. Tous vous surprendront et provoqueront des impacts mémorables !
Face à ce métier en plein développement, de plus en plus d’entreprises font appel à des experts, des sportifs de haut niveau, des aventuriers, des entrepreneurs, des thérapeutes, des chercheurs et des personnalités atypiques pour motiver, enrichir et dynamiser leurs événements et leurs collaborateurs. Et avoir un impact, ça ne s’improvise pas !

Nos 12 experts vont vous toucher, chacun selon leur expertise : communication, intégrité, qualité de vie au travail, management intuitif, changement, intelligence relationnelle et bien d’autres sujets aussi engageants qu’inspirants !
Des personnalités fortes avec des expertises affûtées, un storytelling captivant et surtout inspirantes !
Leurs discours sont fédérateurs, éveillent les consciences ou sont de vraies pépites qui favorisent le mieux-être, la performance
et l’engagement.
Venez découvrir ces talents et qui sait… les faire découvrir à vos collaborateurs.

Tous vous surprendront et provoqueront des impacts mémorables !
Le métier de conférencier, cela ne s’improvise pas. Avoir du bagou ne suffit pas. Cela requiert une attention toute particulière et un profond travail de réflexion, d’introspection, de documentation, de structure, de vulgarisation, d’écriture et même… de mise en scène. Impacter, faire vivre des émotions vives et devenir mémorable, c’est du travail et ces 12 conférenciers… ils ont bossé comme des dingues pour vous offrir des conférences profondes, intelligentes, humoristiques qui vont parler au coeur et à l’âme. Et peut-être qu’ils transformeront votre vie… ou créeront de nouvelles vocations !

Où et quand

Sam. 19 mai 2018, de 14h00 à 19h30
Paris Story 11 Rue Scribe
75009 Paris, France

 

Bouton inscription

0 comments on “A l’occasion du  « 1er Salon du bien-être avec le cheval »  dont VitæLia est partenaire, Eva Reifler nous parle des bienfaits de l’Equicoaching”

A l’occasion du  « 1er Salon du bien-être avec le cheval »  dont VitæLia est partenaire, Eva Reifler nous parle des bienfaits de l’Equicoaching

micro_Eva

Comment analysez-vous cet engouement actuel pour le cheval à travers l’Equicie, Equithérapie, Développement personnel accompagné par le cheval, Equicoaching, Equi-Handi…?

C’est un mouvement qui existe depuis plusieurs années. Par exemple l’équithérapie orientée handicaps physiques ou mentaux est pratiquée en France depuis 1970  (Handi Cheval/ et via la FENTAC – Fédération Français de l’Equithérapie, fondée en 1986), avec beaucoup de.  Cette démarche a été appliquée dans le développement personnel et la recherche de bien-être. Depuis dix ans en France, on l’a transposée dans l’entreprise.

un effet de mode ou un réel besoin?

Il y a certainement un effet de mode, les gens sont toujours en recherche de nouveautés. Par contre cela correspond à un vrai besoin associé à des résultats probants. Il s’agit d’expériences vécues très fortes. Le cheval nous reconnecte à nous-même. Il arrive que les collaborateurs perdent parfois de vue les objectifs de l’entreprise, avec une logique plus cérébrale et se privent ainsi d’un certain nombre de ressources spontanées qui pourraient être positives dans le milieu professionnel. Les salariés pourraient devenir plus efficaces, plus engagés, plus motivés, être de meilleurs collaborateurs. Ce qui serait aussi bénéfique pour eux, pour leur bien-être,  leur équilibre cela leur permettrait de mettre en place des attitudes différentes. Devant un cheval, des conseils qui peuvent paraitre abstraits, comme « être soi-même » « être courageux »  » être authentique » prennent du sens. Le cheval est un animal extrêmement sensible qui réagit immédiatement aux changements dans son environnement. Il percevra rapidement le vrai état de la personne et réagira. J’utilise le cheval pour sa taille, il est grand, sa sensibilité, sa capacité à détecter les émotions, on ne peut pas lui mentir. Il est un animal très intéressant car on peut facilement se projeter dans ses traits de caractère.

Avec ce 1ER SALON DU BIEN-ÊTRE AVEC LE CHEVAL quels sont vos objectifs?

J’exerce depuis 10 ans, j’ai fait le constat que les bienfaits du cheval dans le bien-être ne sont pas assez connus. J’aimerais idéalement augmenter la conscience d’un large public sur les bénéfices d’une telle approche. 9 personnes sur 10 ne connaissent pas cette forme d’apprentissage . Idéalement nous espérons avoir 6000 visiteurs durant ces 3 jours. Nous avions prévu 45 exposants et nous avons la chance d’en avoir finalement 80. Nous avons invité les plus grands acteurs dans ce domaine en France pour des conférences. Il y a une vraie attente de la profession à être reconnue.

Il y a une méconnaissance du public, ils sont perdus devant l’Equicie, Equithérapie, Développement personnel accompagné par le cheval, Equicoaching, Equi-Handi… Notre ambition est de guider les visiteurs, de leur faire découvrir et comprendre les différentes approches à travers les acteurs professionnels invités.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’Equicoaching?

L’Equicoaching c’est la mise en relation d’un être humain avec un cheval dans l’objectif de gérer différemment une problématique professionnelle.

Je pars d’abord de la problématique de l’entreprise, manque d’engagement, manque de confiance, surmenage des équipes, quels types de problèmes l’entreprise rencontre. De là, je vais proposer de mettre en lumière par exemple les dysfonctionnements au sein d’une équipe. En observant le comportement de l’équipe durant le travail avec le cheval il sera plus facile de déterminer qui est engagé, qui est absent ou agressif. On pourra mettre en lumière les différents profils.

Concrètement ça se passe comment?

On invite les personnes durant une journée dans un centre équestre ou un domaine avec des chevaux. Après avoir défini les équipes, je les place dans un espace clos, un manège, une carrière avec un cheval et je leur donne une mission, faire bouger le cheval dans une certaine direction à un certain rythme. L’objectif est de faire sortir les gens de leur zone de confort, et le contact direct avec l’animal qui reste, par sa taille, impressionnant contribue à tester la capacité de l’équipe. Cohésion d’équipe, apprendre à motiver, persévérance.

Et le cheval dans tout ça? Qu’en pense-t-il?

Le travail se fait toujours dans le respect de l’animal, le cheval se sent toujours mieux en groupe que seul. Pour commencer les séances, j’utilise un cheval qui a de l’expérience, il sera capable de sentir si l’équipe est trop nerveuse, il leur échappera ou si elle est trop conciliante, il n’en fera qu’à sa tête et prendra la direction des opérations. En seconde partie je prends un animal plus sensible et plus réceptif ce qui obligera l’équipe à être plus attentive et plus énergique.

Le matin, les gens arrivent souvent dubitatifs, l’effet cheval se fait vite sentir et les équipes repartent enchantées de leur expérience. Il faut un bon encadrement, le coach doit être très respectueux de l’animal, pour ne pas le fatiguer. L’objectif est de faire prendre conscience aux participants de l’importance des échanges nonverbales. Le cheval est un catalyseur, en deux minutes il révèle l’individu. Il met les principaux traits de la personnalité en lumière. On ne peut pas tricher avec un cheval contrairement avec un coach humain.

Quels sont les pays précurseurs en la matière?

L’équithérapie existe depuis longtemps, une trentaine d’années dans plusieurs pays, généralement orientée vers le handicap physique ou mental. L’équicoaching existe lui depuis ca. 15 ans et nous vient des Etats-Unis dans sa forme individuelle. En France, les entreprises sont toujours en recherche de solutions. L’équicoaching a l’avantage de ne pas être trop onéreux et de ne pas prendre trop de temps. En une journée on apprend déjà tellement de choses avec un cheval, que les résultats sont immédiats.

Nom et coordonnées d’Eva, du site et éléments de référence

 Eva Reifler est une experte reconnue dans le domaine de l’organisation d’entreprise, elle est aussi la fondatrice de visionpure, centre de référence pour le développement personnel guidé par le cheval en France.

à retrouver également sur http://salondubienetreaveclecheval.com/