40 % des employés occidentaux privilégient de plus en plus d’être bien au travail par rapport au montant de leur salaire. Les salariés ne veulent plus supporter la souffrance au travail et pour certains lorsqu’une opportunité se présente de changer de job, un peu moins bien payé, mais correspondant à des valeurs, à une qualité de vie (loisir, famille) et bien beaucoup font le pas et acceptent d’être un peu moins rémunéré mais plus épanouie. C’est ce que révèle l’enquête de la plate-forme de gestion du travail collaboratif Wrike. 

« Faire un travail qui a du sens »  et qui s’accorde avec leurs valeur serait en effet le facteur le plus important dans le degré de satisfaction des salariés, un facteur supérieur au montant de leur salaire. Quatre personnes interrogés sur dix  en moyenne en France, Royaume Uni, Allemagne et aux Etats-Unis affirment avoir accepté une baisse de salaire pour un nouveau job plus satisfaisant à leurs yeux.

Source : Enquête From Positivity to Productivity : Exposing the truth behind workplace happyness réalisée auprès de 1000 employés.