De l’anglais « brown out » , expression utilisée pour une coupure d’électricité, une chute de tension, une panne de courant. La traduction la plus juste serait « manque de jus ». On pourrait décrire ça dans l’univers de l’entreprise par : perte de motivation face à un travail qui n’a plus de sens et qui a des conséquences directes sur le moral et la confiance en soi. Cela se traduit par le fait qu’un salarié atteint de brown-out n’a plus aucune énergie pour faire ce qu’il fait.

Remarque:

Contrairement au bore-out, forme d’épuisement du salarié due à l’ennui du travail quotidien confié, ou au burn out, état dépressif qui vide le salarié de toute son énergie, le brown-out est une perte de motivation qui peut laisser le salarié tout à fait alerte et capable.

Comment se manifeste-t-il ?

  • Un sentiment d’inutilité
  • Un non-sens dans les tâches à accomplir
  • Une souffrance de la situation
  • Une perte de l’attention
  • De l’irritabilité
  • Un manque d’investissement dans son travail
  • Un manque d’intérêt à l’idée de commencer un nouveau projet
  • Un manque de contribution lors des réunions
  • Un manque de perspective
  • Un manque de prise d’initiatives

Même si il a tendance à être de plus en plus reconnu le brown-out n’apparaît pas encore dans les documents de travail des organisations responsables des risques professionnels.

Comment y remédier

Médicalement, il n’existe pas de traitement spécifique, chaque patient souffrant de brown-out possède des symptômes particuliers traduisant leur mal-être psychologique. Le professionnel de santé pourra proposer une thérapie psychologique et/ou un traitement médicamenteux.

Sur le plan personnel, il y a peu de choses à faire à part changer de métier, le brown-out agit comme un signal d’alarme, invitant la personne atteinte à se poser les bonnes questions pour son avenir : changer d’employeur, voir changer d’activité.