icon-fiches

Du verbe anglais « to burn out », littéralement, se consumer de l’intérieur. Utiliser pour désigner le syndrome d’épuisement professionnel, cette expression générique s’applique aux états de fatigue émotionnelle, mentale et physique. Cela se traduit par un manque de motivation et se ressent sur les performances de l’individu.

Cet état intervient souvent après une période parfois longue de surmenage, un déploiement croissant d’énergie pour accomplir son travail, non suivi de satisfaction. La personne passe de l’enthousiasme à la frustration.

Quels sont les principaux symptômes ?

• Manifestations émotionnelles

  • Irritabilité
  • Colères spontanées
  • Pleurs fréquents
  • Stress angoisse

• Manifestations cognitives

  • Difficulté à se concentrer
  • Pertes de mémoire
  • Manque de discernement
  • Indécision, confusion
  • Difficultés de compréhension

• Manifestations comportementales

  • Attitude cynique et sentiment de frustration
  • Pensées suicidaires (dans les cas les plus graves)
  • Dévalorisation de soi-même

• Manifestations motivationnelles

  • Démotivation
  • Sentiment d’échec
  • Anxiété, inquiétude et insécurité
  • Baisse de confiance en soi

• Manifestations physiques non spécifiques

  • Fatigue persistante
  • Maux de dos, douleurs musculaires, migraines, etc.
  • Problèmes digestifs, ulcères d’estomac
  • Troubles du sommeil
  • Problèmes cutanés
  • Perte ou gain de poids, perte d’appétit
  • Infections plus fréquentes (rhume, grippe, otite, sinusite, etc.)

Ce que doit faire un salarié

Un salarié en état d’épuisement professionnel ne peut pas s’en sortir seul. Il est indispensable qu’il aille consulter son médecin traitant. En fonction de son état, celui-ci peut lui prescrire un arrêt de travail, du repos, des médicaments adaptés afin de l’aider et conseiller l’accompagnement d’un psychothérapeute.

Ce que doit faire l’entreprise

Pour rappel, la médecine du travail, la gestion des risques et la prévention sont des actes internes à la responsabilité de l’employeur, qui exerce dans un espace privé lorsqu’il est dans son entreprise.
Un certain nombre d’acteurs compétents peuvent intervenir : le médecin du travail, le manager ou le RH, le patron, le CSE (né de la fusion des IRP, CE, DP, CHCT).

Ce qu’il faut retenir :

La reconstruction après un burn out est longue, d’autant plus quand l’épuisement professionnel a été pris en charge tardivement, d’où l’importance de le repérer rapidement.

Il faut être attentif aux signes de fatigue, troubles du comportement inhabituels constatés pour soi, un collègue ou un salarié. Mieux vaut prévenir que guérir.